Petit frèreAttention, malgré les apparences, ce petit flacon n'est pas aussi inoffensif qu'il y paraît. Il semble mignon à souhait comme ça, mais il possède la propriété de vous balancer direct sur une plage de sable blanc, avec les pieds dans une eau à 23°C. Il peut également vous plonger la tête dans la cuvette des toilettes si vous vous laissez emporter...

De mon voyage en Guadeloupe, j'ai rapporté plusieurs petites choses dans mon sac à dos, outre la certitude d'être née pour vivre au rythme économique de cette île : du sable, des coquillages, 2x4 litres de rhum en cubis (pour 1 litre autorisé par personne) et une recette, notée au dos d'un prospectus. Durant ces 15 jours je me suis rapidement adaptée au rituel de la dégustation de rhum dès 16h. Du rhum sous toutes ces formes, toutes ces marques, tous ses degrés. Finalement ma préférence est allée au Bologne dont je suis devenue une inconditionnelle, en ti punch pour le décollage, puis en punch coco pour l'atterrissage. A force de décollage et d'atterrissage, la carlingue a du plomb dans l'aile, mais ça kay.

Depuis toutes ces années le petit papier a été égaré, mais pas la recette. C'est devenu un classique à la maison, à la fois redouté et attendu par les convives. D'ailleurs, il s'agit moins d'une recette que d'ingrédients. Je pratique surtout la fabrication à l'oeil au goût. Or, pour cette fois, mes ingrédients habituels ont été bouleversés suite à une erreur faite dans mon épicerie asiatique préférée : j'ai pris un boîte de crème de coco au lieu d'une boîte de lait de coco. Non, ce n'est pas la même chose ! L'un se dégusterait à la petite cuillère comme du lait concentré, alors que l'autre présente peu d'intérêt s'il n'est pas intégré dans un plat. J'ai donc modifié ma recette de base en intégrant ce nouvel ingrédient.

Pour une bouteille de punch coco d'1 litre environ : à peu près 30 cl de rhum, blanc, il va s'en dire, et Bologne évidemment ; une boîte de crème de coco (400 ml) ; une boîte de lait de coco (400 ml) ; une boîte de lait concentré sucré ; 1 cc d'extrait d'amande amère ; noix de muscade râpée ; le jus d'un citron vert. La recette est assez simple : mélanger le tout et mettre en bouteille ! Ceci dit, je peux donner quelques astuces, notamment pour délayer la poudre de muscade dans un fond de crème de coco avant la mélanger au reste. Ces mesures sont tout à fait adaptables en fonction des goûts de chacun, ce qui compte ce sont les ingrédients. Enfin, il faut le préparer quelques jours à l'avance afin que les saveurs se développent. Autre recommandation : ne surtout pas mettre la bouteille au frais où les ingrédients figeraient ! D'ailleurs, j'ai dû passer le lait et la crème de coco au bain-marie, car ils n'appréciaient pas la température de notre latitude. Par contre, à servir avec des glaçons !!! (Et à consommer dans les deux semaines qui suivent).

Grande soeur