J'aurais aimé être née en mai... pas en juillet ou en août parce que pour les goûters d'anniversaire je n'aurais jamais eu personne. Mais ou juin ça me semble de bons mois pour naître. Il commence à faire chaud, c'est la fin de l'année scolaire, tout le monde est plus détendu du slip et pense déjà a ses vacances. Bon, je n'ai pas trop à me plaindre, janvier c'est pas décembre, où on s'entend dire : "tiens, un plus gros cadeau, ça fera ton anniversaire et noël à la fois"... En revanche en janvier, il fait froid, brumeux, personne n'a envie de sortir de chez soit et tout le monde est fauché par les cadeaux de fin d'année. Encore un mauvais calcul. D'ailleurs, je reçois une majorité de réponse négative pour mon apéro post anniversaire que j'ai fixé au 31 décembre, je n'arrive pas à rivaliser avec le festival d'Angoulême. Damn.

Alors on se console comme on peut en se disant que quand même, être née un 21 janvier c'est vachement classe : date de la mort de Louis XVI et de Lénine (pas la même année). On en rajoute une couche en se disant qu'il y a des coïncidences qui ne trompent, lorsqu'en plus sa fête tombe le jours de la déclaration des droits de l'homme (je vous laisse réviser vos cours d'histoire). Mais tout ceci ne permet pas de parer le froid qui vous saisi. Alors, pour ça la seule solution : une soupe ! mais pas n'importe laquelle... celle qui réchauffe à la fois les narines, les papilles et de l'intérieur.

Pour 4 personnes en entrée ou bien pour 2 personnes en plat principal. 4 champignons shiitakés séchés (c'est eux qui font la majeure partie du boulot), 1 petit oignon, 1 petit poireau en guise de ciboule, 2 petites carottes, 150 g de tofu, 1 tablette de bouillon de volaille, 3 cs de sauce soja , un peu d'huile.

Alors c'est pas bien compliqué, ni bien long. Par contre, il faut prévoir le coup un demie-heure à l'avance environ le temps pour les shiitakés de gonfler dans un bol d'eau chaude. Ils embaument rapidement. Au bout de 20 mn il suffit d'égoutter les champignons, tout en prenant soin de conserver l'eau de trempage pour la suite, puis les couper en lanières et réserver.
Ensuite, se munir d'un épluche légumes et d'un grand couteau bien coupant (mais pas les deux à la fois) : émincer l'oignon et le poireau ; éplucher les carottes (c'est mieux) les détailler en petits dés. Enfin, découper le tofu (si, si.... j'vous assure que c'est bon !) en cubes.
Porter 75 cl d'eau à ébullition. Dans une autre casserole (plutôt grande quand même pour contenir toute cette eau), mettre un peu d'huile à chauffer pour y faire revenir l'oignon et le poireau quelques instants, dans lequel on jette littéralement les dés de carottes, qu'on laisse revenir aussi 2 mn environ.
Allez, la dernière étape, et ensuite à table : ajouter à l'oignon, au poireau et aux carottes le cube de bouillon de volaille, l'eau des champignons + les 75 cl d'eau bouillante, les champignons, le tofu (mais si !) et la sauce soja ; porter le tout à ébullition et laisser frémir encore 10 mn (il faut encore un peu patienter, mais ça laisse le temps de mettre la table et de ranger le bazar laissé dans la cuisine). Servir aussitôt !

Le résultat ne s'est pas fait attendre : Ignacio a relevé le nez de son bol, dans lequel il faisait de grand slurps en s'exclamant : "Chéboncha !", immédiatement, suivi de la réclamation suivante : "Ce serait encore encore meilleur avec des nouilles dedans". Force est de constater qu'il n'a pas tort, mais ce n'était pas prévu au menu.