Et grâce en soit remercié ma semaine de chômage, sans elle, jamais à 12h15 ce matin je n'aurais été encore vautrée dans mon lit à regarder le dernier épisode de L Word, je n'aurais donc pas ouvert ma porte à un gentil monsieur de l'IFOP souhaitant m'interroger sur les prochaines élections, serais-je d'accord ?

J'ai lâché un gros "Oh oui alors !" enthousiaste qui a paru le surprendre. Qu'à cela ne tienne, il a malgré tout souhaité m'enquêter malgré mon bac+5 qui compte 5 ans de trop selon les critères qui lui étaient fixés.

Nous voici donc installer dans la cuisine en pente, lui en haut derrière son ordinateur portable, moi en contrebas, en peignoir, en parfaite chômeuse chômant.

C'est parti pour une demie heure de questions sur moi[1], François, Ségolène, Nicolas, Jean-Marie, Olivier (un peu) et ma candidate, par la force des choses puisque c'est ma candidate justement, mais elle n'est pas à l'honneur dans le questionnaire.

Mon moment préféré : Sur une échelle de 0 à 10 (0 représentant l'extrême gauche et 10 l'extrême droite), où vous situez vous ? Jean-Marie ? 10. Ségolène ? 5, en lui accordant le bénéfice du doute. Nicolas ? 10. Un pffiouuu souriant, échappa à l'enquêteur.

Me voilà dépucelé du sondage, le vrai, celui qui compte, pas celui concernant la perte de poids chez la femme pour lequel ma mère a été contactée. Et je dois dire, whaa, j'ai adoré ça. En espèrant que mon opinion soit comptabilisé. Mais là, comme aux prochaines élections, j'ai peu d'espoir.

Notes

[1] C'est malpoli de se citer en premier, mais dans ce cadre là, c'est moi ma gueule d'abord.