Chez Tartine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi, mai 26 2009

25 mai 2009


mairie

Hier nous avons revêtus nos plus beaux atours (enfin, pour ma part, ceux dans lesquels j'arrive à me glisser), pris nos cartes d'identités et nous sommes rendus à ce magnifique édifice qu'est la mairie du XIXème arrondissement. Le tapis rouge qui gravit les escaliers monumentaux de l'entrée n'étaient pas pour nous. Nous c'était un petit escalier en colimaçon qui grimpait en grinçant jusqu'au premier étage, dans un cagibi tout en longueur où des personnes patientaient sur des bancs attendant leur tour, moroses. Nous avons doublé tout le monde, à la demande du greffier, tout souriant, évidemment un triste sire à râler tout ce qu'il pouvait sur cet abus de pouvoir : on s'en foutait, on avait rendez-vous pour se pacser. Ce qui fut fait en deux minutes chrono. Cinq minutes plus tard nous étions sur le parvis de la mairie à faire une photo souvenir. J'ai quand même réussi à obtenir, à force de supplications, notre photo aux Buttes Chaumont, au même endroit que tous les mariés du XiXème. C'était chouette, il faisait beau, il faisait chaud, et nous étions heureux.

Evidemment, notre quotidien a été bouleversé du tout au tout : ce matin nous n'avons pas loupé une belle occasion de nous engueuler pour une raison dont je n'arrive même plus à me souvenir, mais maintenant nous sommes pacsés !

vendredi, mai 15 2009

Nombril

C'est vrai que ces derniers mois je ne me suis pas montrée très présente par ici. Il faut dire que je suis plutôt tournée vers mon nombril en ce moment. Il s'y passe des choses intéressantes, fantastiques et surprenantes à la fois.

Ponyo 1er trimestre

lundi, avril 20 2009

Bof

En ce moment envie de rien, même pas de cuisiner... D'ailleurs, le chocolat n'est plus mon ami, il m'en veut et me rend malade. Je me contente de choses toutes faites ou vraiment pas compliquées (croques monsieur, pizzas maison) et pas du tout diététiques.

Je ne suis bonne qu'à dormir. Les films sont trop longs, 22h ça me semble la bonne heure pour le "The end".

vendredi, mars 6 2009

Dernier recours

Certains, en cas de stress développe de l'eczéma ou de l'urticaire. Moi c'est un lumbago... On ne fait pas les choses à moitié hein.

Les lumbago et moi, c'est une longue histoire. Dont je me passerais bien ceci dit.

Bref, je suis coincée au point d'en arriver à une extrêmité qui ne me serait jamais venue à l'esprit si j'étais dans mon état normal. Le dernier recours en quelque sorte... Mais oui, quand la toubib m'a proposé une piqure, et bien... j'ai accepté... et sans hésitation. Moi qui ai une sainte trouille des pic pic, je n'ai pas hésité une seconde. Le résultat est étonnant : je suis passé d'une vitesse de parcours de 200m/heure à la vitesse de pointe de 400m/heure !!! Bref, ça combiné un relaxant... suis complètement shootée. D'ailleurs, j'ai de plus en plus de mal à rédiger cette note. Je vais même m'en tenir là pour l'instant.

Bonne nuit les petits.

La drogue c'est mal... mais qu'est-ce que c'est bon tudieu !

samedi, février 28 2009

Abandon par KO

Après presque deux ans de régime/stabilisation/régime, d'efforts, de séances de sport, de vie sociale réduite à néant, je capitule... Marre de vivre en fonction des sautes d'humeur de la balance.

Je manque peut-être de volonté. Je ne suis sans doute pas aidée par mon traitement aux hormones (y a qu'à voir le résultat sur les poulets). Mais petit à petit j'en viens à penser qu'on a bel et bien un poids "de forme" et qu'on peut difficilement lutter contre. Salope de mère nature. Et puis après tout, serais-je moins ou plus heureuse avec 5 kilos de plus ou de moins ? Après tout je n'abandonne pas mon footing bihebdomadaire (2 fois 13 bornes au moins, tout de même, je devrais peut-être me préparer pour le semi-marathon), je continue à me nourrir sainement, d'ailleurs on est passé au presque tout bio. Là il y aurait long à dire, mais pas pour le moment. Sauf que maintenant je ne m'empêche plus quelques carrés de choc' par-ci, ou les biscuits home made par-là... Et puis ça va faire deux ans que mon morceau de tomme fraîche se lamente au fond de mon congélo en attendant d'être transformé en truffade, tout ça parce que j'avais repris 500 g ou bien pas perdu suffisamment pour me permettre un écart.

J'apprends également que nous, les femmes, sommes frappées d'une profonde injustice, et nous ne sommes pas physiquement montées pour être grandes et filiformes. Non. Le gras est notre credo. Et oui. La faute à notre fonction première : la reproduction. Quand je vous le dis : salope de mère nature. Mais d'un autre côté, si nous en sommes là aujourd'hui, jamais bien dans nos jeans, c'est bien de la faute de nos grands-mères. Quelque part la libération de la femme s'est retournée en aliénation physique : on a commencé par faire sauter le corset, puis la gaine, ces accessoires de torture qui permettaient aux femmes de "faire semblant", suite à quoi, il a fallu remplacer le corset par une ceinture abdominale béton, pour maintenir l'illusion. Bref, on nous pousse à une perfection inatteignable, parce que irréaliste. Quand je dis "on", je parle surtout de la société machiste dont nous faisons partie et qui nous impose justement ces critères de perfection.

Bref, tout ça pour dire que j'arrête les frais (pour le moment ?) et que je retourne à la vraie vie. Celle où on a le droit de boire un apéro avec ses potes sans culpabilité. Et de manger du fromage en fin de repas quand l'envie nous en prend. Je vais planquer la balance pendant un moment et on verra bien ce qu'elle me dira d'ici quelques temps... Alea jacta est.

lundi, février 2 2009

Il neige sur Paris

Ce matin, à potron-minet, j'ai pris sur moi (et surtout, sur mon temps de sommeil), pour me lever en même temps qu'Inigo à 7h du matin. Aujourd'hui c'est un peu sa rentrée des classes, alors je me suis dévouée pour lui préparer le petit déjeuner des champions alors qu'il prenait sa douche.

Et là, en ouvrant les stores, qu'elle ne fut pas ma surprise :

Paris sous la neige

Conclusion, c'est pas encore aujourd'hui que je vais pouvoir aller tester mon cadeau d'anniversaire...

vendredi, janvier 23 2009

Où quand tout se débloque (ou presque)

1/ Ignacio commence un nouveau boulot dans une semaine. (Il est trop flemmard pour vous l'annoncer lui-même)

2/ Pardon du détail mais mes ragnagnas ont enfin débarqué (avec un bon coup de pouce de la part de la gynéco tout de même), depuis le mois de septembre, il était temps.

3/ On a commencé les visites d'appartements pour un chez nous officiel.

Ca bougeotte, ça frétille.

EDIT : je reviens sur ce que je disais : depuis 1/4h une amie me bassine par chat sur le "bonheur d'être enceinte, d'avoir un boulot stable et une maison à soit"... Elle ne comprend même pas le mal qu'elle peut faire. A chaque fois qu'elle change de sujet elle remue un nouveau couteau dans la plaie. Elle découvre ma situation professionnelle : "ah oui, c'est pire que ce que je pensais !". Et de conclure par un : "bon c'est un peu morose tout ca dis moi, t'as pas une info plus légère ?!", avant de s'en aller sur "et vivement les beaux jours et la chaleur!"... Ca me fera une belle jambe les beaux jours et la chaleur tiens. On ne vit décidément pas dans le même monde. Est-il utile de préciser qu'elle n'a que 27 ans ?

Existe-t-il un moyen pour bloquer des personnes en chat sur fessebouc ? Merci d'avance à celui qui aurait la solution !

EDIT 2 : et pour couronner le tout, ma collègue en congé maternité est venue pour nous présenter son p'tit.

Je craque.

lundi, janvier 19 2009

La déclaration

Chez nous on ne fait pas souvent étalage de nos sentiments par pudeur sans doute, parce que les mots ne sont pas nécessaires, les actes suffisent. Mais il existe des exceptions. Des parenthèses.

Les anniversaires en sont une. Et mes 30 ans particulièrement.

Extraits :

Il me semble que tu as toujours été là.


J'ai oublié beaucoup de ce qui s'est passé dans ma vie avant cette date, mais je me souviens nettement de tous les moments qu'on a vécus depuis.


30 ans pour se découvrir, s'apprivoiser, s'amuser, grandir, vieillir, s'faire des bises, s'raconter des histoires, s'prendre de bec, s'regarder, savoir si ça va, s'écouter... parfois difficilement.


Je suis heureuse d'être la fille de mes parents.

J'aimerais être capable d'y mettre les mots.

mercredi, janvier 14 2009

La relance

Faites du sport, il vous le rendra bien !

Enfin, parait-il... Parce que après mes 6 tours de Buttes Chaumont après 15 jours de trêve des confiseurs pour raison de parcours verglacé, j'ai commencé à voir des étoiles. Et 1h plus tard, les étoiles ont été remplacées par un mal de crâne léger puis se renforçant jusqu'à me jeter au lit.

Alors bon, oui, le sport c'est bon pour la santé, surtout en cette période d'après fêtes de fin d'année, ça dégage les bronches, ça protège des microbes, etc. Mais !!! On nous parle rarement des effets nocifs du trop d'oxygène sur un cerveau englué par le manque d'exercice. ET je peux vous dire que ça fait mal.

Je vois d'ici certains mauvais esprits qui me diront que de toute façon le sport c'est mauvais pour la santé... Argument que je n'ai jamais réellement réussi à contrer de manière imparable.

jeudi, janvier 8 2009

Ma vache a grossi

Et bim badaboum ! Une de plus.

Je n'ai plus assez des doigts de mes deux mains pour les dénombrer tous ces gros ventres qui commencent à grossir ou bien qui ont déjà pondu... Dire qu'il y a encore deux ans c'était totalement hors de question pour la plupart. Comme quoi la mode évolue rapidement.

Et moi ? Ben moi, je suis aussi fertile qu'un piste de Patagonie après le passage du Dakar.



Découvrez Les VRP!


dimanche, janvier 4 2009

Fatiguée d'être fatiguée

Je ne comprends pas pourquoi je n'arrive pas à me lever le matin. Peut-être est-ce dû au froid qui me saisit dès que je tente une percée à l'extérieur de la couette, alors que tout m'indique qu'il faudrait que je reste bien au chaud dessous. Inigo l'a compris, il ne frémit même plus lorsque le réveil retentit et continue à profiter de la chaleur accumulée durant la nuit, repoussant à plus tard la confrontation au petit 17°C de l'appartement. La chatte aussi a saisi qu'il ne fait pas un temps à mettre un félin dehors, elle joue la taupe sous la couette où elle reste jusqu'à ce que le chauffage ait suffisamment réchauffé le salon, c'est à dire pas avant 15h.

A moins que ce ne soit dû au fait qu'à 8h du matin il fasse toujours nuit noire. Et pour moi, la nuit c'est fait pour dormir.

Finalement c'est peut-être dû à la fatigue aussi... 44h15, 46h15. C'est très exactement le nombre d'heures travaillées ces deux dernières semaines. Consignées, enregistrées, puis ratifiées par ma signature en bas de mon rapport d'activité hebdomadaire. Cette semaine a été particulièrement longue : débutée mercredi, elle s'achève ce soir. Une journée de 10h45 pour finir en beauté. Heureusement à partir de ce soir je suis repos... jusqu'à mercredi.




Découvrez Tryo!


mercredi, décembre 31 2008

Les joies de la cuisine

"Il est vraiment excellent ton pain d'épices !" "Tiens, moi qui n'aime pas ça, je vais en reprendre." "Oh et puis ces petites choses vertes (des financiers à la pistache), c'est tout bonnement délicieux..." "Ils sont encore meilleurs qu'à la boulangerie". Et finalement, une collègue concluant par un : "Il faut qu'on te fasse embaucher !"

Ca se saurait s'il suffisait d'avoir quelques talents culinaires (bien relatifs) pour se faire embaucher ailleurs qu'en cuisine. Et puis de toute façon moi ce qui m'intéresse c'est d'ouvrir une librairie BD. Le problème c'est qu'en ce moment il paraîtrait que c'est carrément suicidaire de se lancer dans ce genre de projet. Ces petites entreprises connaissent bien la crise apparemment. Alors du coup on patiente. On construit nos châteaux en Bretagne... ou en Auvergne... on n'est pas encore très fixés. Quoiqu'il en soit, ils restent bien à l'abri dans nos têtes pour le moment. C'est comme les prénoms. On en parle, mais on n'est pas très sûr que tout ceci aboutissent un jour : "Un jour quand on sera grands..."

Alors en attendant les petits compliments sont toujours bons à prendre. Et quand j'entends "Il faut que tu donnes des cours, que tu ouvres un salon de thé, un restaurant..." Ca me fait sourire, et rougir un peu aussi. Parce que bon, on sait bien qu'il est inutile de prendre des cours pour faire de bons et jolis financiers à la pistache ou encore un moellissime pain d'épices plein de saveurs. Il suffit juste de trouver la bonne recette et les bons ingrédients et de s'y coller.

Mais alors pourquoi ce n'est pas aussi simple pour le reste... ?

mardi, décembre 23 2008

Minuit chrétien

Chouette ! Cette année je ne travaille ni le 24 ni le 25 ! J'ai fait valoir mon ancienneté (je souffle ma deuxième bougie de précaire attitrée en février) et surtout le fait d'avoir fait ces deux jours déjà l'an dernier. Par contre, je m'enquille les jours du 31 décembre jusqu'au 4 janvier inclus, soit une autre semaine de 45h (comme c'est déjà le cas cette semaine), avec un soirée de jour de l'an dès le début. Mais c'est noël, donc joie et bonne humeur évidemment.

Le sourire se crispe un peu le matin cependant, lorsque se présente l'épreuve de la balance je suis juste à point pour les fêtes et concourir au marché des volailles grasses. Les bienfaits conjugués de l'arrêt de la pilule et de la surconsommation de chocolats (home made)... Apprécie tes fêtes de fin d'année engoncer dans ta jolie robe de soirée qui te boudine comme il faut le ventre qui te sert de bouée en cas d'inondation. Mais c'est noël, donc joie et bonne humeur se doivent d'être au rendez-vous.

Tiens, Noël... cette année il manquera une personne autour de la table pour la première fois depuis que je fête Noël.

Edit : pour te préparer au réveillon :



Découvrez Joan Baez!


samedi, décembre 13 2008

A celle qui dure

Hier soir, première et sans doute dernière soirée corporate (au vu de la situation actuelle de l'ORTF). Enfin par corporate, j'entends surtout soirée CE, destinée au petit personnel (pas de Puj', ni de Lolo) et ayant pour but de vider les caisses du CE comme il se doit avant la nouvelle année.
Bon, je ne vais pas cracher dans la soupe : mes collègues sont formidables et c'était open bar. Je crois cependant pouvoir affirmer sans me tromper qu'ils ne pourront pas espérer une reconversion dans la chanson lorsqu'ils seront rermerciés par la direction pour leurs services (selon toute vraisemblance d'ici deux ans à peu près).
Pour résumer donc, soirée pas désagréable du tout, mes collègues gagnent à être fréquentés en dehors des heures de boulot. En revanche, open bar ne rime pas avec balance, je vais encore pleurer ma mère demain en me pesant (en ayant bien à l'esprit que mardi soir c'est soirée open raclette). Et pour finir une dragounette au compteur et ça, à la veille de passer le cap des ... ans, c'est bon pour l'ego.

Ce qui est franchement très con c'est de bosser aujourd'hui.

jeudi, décembre 11 2008

Clepsydre

Tiens, j'ai du temps au boulot. Leymergie déboule pas dans le bureau avec une demande de recherche hallucinante telle qu'une vidéo de Dati se faisant engrosser dans les couloirs de l'Assemblée nationale (même si les vestiaires d'un club de foot sont plus probables dans son cas). Bref, j'ai du temps, ça ne se bouscule pas au portillon, je pourrais en profiter pour chercher du boulot (un vrai, dont le contrat ne serait pas renouvelables toutes les semaines), ou chercher un patelin où implanter notre belle future librairie BD (je ne sais même plus si j'avais évoqué le sujet ici)...

Mais en fait non.

Je vais continuer à glander jusqu'à 18h en me régalant d'avance de ma journée de repos de demain. Qui comme d'habitude passera trop vite.

Et sinon dans 40 jours exactement je serai officiellement vieille.

- page 1 de 13